Le Forum des Arpitans

Espace d'échanges des régions de l'Arpitanie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 En patois, le Léman n'est pas une frontière [24 heures]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin/
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 114
Vellâjo/Lieu : Baragne mondiâla
Date d'inscription : 16/12/2004

MessageSujet: En patois, le Léman n'est pas une frontière [24 heures]   Mer 12 Jan 2005 - 23:55

24 heures, quotidien, Lausanne. 08.01.05

En patois, le Léman n'est pas une frontière
Un Suisse de Paris publie un dictionnaire des parlers francoprovençaux.

Citation :
Si, en fin de semaine, le bassin du Léman est pris dans une niola épaisse et que vous souhaitiez retrouver le solely au Vâl d'Eliéz, rien de plus facile. Le nouvel horaire de Râlye 2000 vous permet de quitter Losena le dessand e matin à 8h46 en direction de Vevê, Muetrolx et Velanôva. Vous descendez à Agllo et, à 9h25, le petit train AUMC vous emmène par Ulon et Montê jusqu'à Champéri (prononcé Tsampéri ).

Ces noms de lieux insolites apparaîtraient régulièrement dans les colonnes de Vengt-quatro-Hores si les Romands d'antan, imitant les Romanches et les Hollandais, avaient décidé d'écrire leur propre idiome régional au lieu d'adopter celui de Paris. Le Jura excepté, les patois romands se rattachent à la grande famille des dialectes dits francoprovençaux qui englobe le val d'Aoste, la Savoie, le Bas-Dauphiné, les environs de Lyon et le sud de la Franche-Comté. Aujourd'hui, ces parlers ne sont connus que de quelques dizaines de milliers de patoisants d'âge respectable. Ils ne sont langue courante que dans le val d'Aoste et dans quelques villages valaisans.

Savoyards en quête de racines

Un regain d'intérêt pour le dialecte se manifeste en France, notamment sur fond de régionalisme savoyard. Un minidictionnaire français-savoyard vient de paraître cet automne, s'ajoutant à ses pendants breton, corse et alsacien. Un de ses deux coauteurs, Dominique Stich, est un linguiste d'origine suisse installé à Paris. En 1998, il publiait aux Editions L'Harmattan un ouvrage intitulé Parlons francoprovençal avant de récidiver avec un Parlons schwyzerdütsch qui s'est mieux vendu. Cinq ans plus tard paraissait sa thèse de doctorat: un dictionnaire francoprovençal-français (et vice-versa), le premier qui ne se limite pas à un parler local.

M. Stich a dû utiliser une orthographe assez complexe, car les sons varient beaucoup à l'intérieur de l?aire francoprovençale. Ainsi, selon les régions, le C du mot cinq peut se prononcer comme un SS, un TS, un TH anglais, un F ou même un H aspiré. Dans ces cas, Dominique Stich a adopté la graphie française, ailleurs il a dû innover, et même ressusciter des consonnes finales disparues pour distinguer les très nombreux homonymes, tout comme le fait le français.

Parentés italiennes

Son dictionnaire confirme qu'une foule de nos romandismes ont leur origine dans le patois. Par exemple, la boille ( bolye ), la channe, la dèche, la dérupe, le foyard, le grabuge, la roille (rolye , grosse pluie), les verbes barjaquer et batoiller, etc. D'autres mots peuvent induire en erreur: un senior n 'est pas un aîné, mais un semoir. Le verbe trère équivaut à «extraire», «sortir», alors que traire la vache se dit arriar. Les patois utilisent plutôt tailler que couper, bailler que donner, choir que tomber et ils préfèrent prêcher ( prègiér ) à parler. Certains termes sont plus proches de l'italien que du français: nôra pour la bru (italien nuora ), resse pour la scierie ( resega en lombard), sono pour le sommeil ( sonno ) et usél pour l'oiseau ( uccello ).

Le francoprovençal fait preuve d'originalité dans le calendrier. Comme en occitan, la racine di- (jour) de lundi, mardi, etc., passe au début du mot: delon , demars , demècre , etc., jusqu'à dessande (samedi). Chalende désigne Noël, l'été se nomme chôd-temps ou bon-temps , le printemps forél ou renové l (renouveau). Du côté des verbes, bessonar signifie «mettre au monde des jumeaux» et terrenar se dit d?un endroit où la neige disparaît, laissant voir le terrain .

Bientôt Tintin en dialecte

Dominique Stich espère que le dictionnaire - qui comprend aussi une anthologie d'une centaine de pages - suscitera un intérêt pour ces parlers qui ont produit, jusqu'à nos jours, une littérature dialectale aussi abondante que confidentielle. Une prochaine étape consistera à traduire en francoprovençal un album de Tintin: L'affaire Tournesol , dont l'histoire se déroule entre Genève, Rolle, la Savoie et les Balkans.

ALAIN PICHARD

UTILE
Dominique Stich: Dictionnaire francoprovençal-français - français-francoprovençal, Editions Le Carré, Thonon.

Vous pouvez imprimer l'article à partir du site du quotidien 24 heures.



Dernière édition par le Jeu 13 Jan 2005 - 0:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En patois, le Léman n'est pas une frontière [24 heures]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lo patois dauphinois
» Patois vosgien
» Expressions locales, patois et autres dialectes de vos régions.
» une chanson en patois
» Vos patois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Arpitans :: :: CAFÉ CULTUREL :: La revue de presse arpitane-
Sauter vers: