Le Forum des Arpitans

Espace d'échanges des régions de l'Arpitanie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chapeland
Membro tot fol
Membro tot fol


Masculin Nombre de messages : 281
Age : 55
Vellâjo/Lieu : Lyonès, Exilé à Paris
Lengoua : Français, Italien, Latin
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)   Mer 19 Sep 2007 - 23:42

Je vais tâcher de vous donner régulièrement des pages de ce poème de Paul Franciole, félibre mainteneur d'Oc qui fut préfacé par Frédéric Mistral, neveu, en 1950.

Voici déjà une page où Paul Franciole explique son système d'orthographe phonétique, ce qui pourra peut-être au moins donner à Kaha des indicationS de prononciation sur certaines régions.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Essai d'une orthographe phonétique pour le dialecte dauphinois.

Le dialecte dauphinois peut s'écrire phonétiquement.

Il faut premièrement en déterminer les sons. Il y a d'abord 7 sons consonnes simples qui peuvent se représenter par les lettres habituelles figurant ces sons français. Ce sont b, c, ou q, d, f, g, j, l, m, p, r, s ,t, v; z.

Ces sons consonnes sont représentés par 16 lettres de l'alphabet, puis c'est la consonne double ch pouvant s'écrire en français par deux lettres et y se prononçant comme dans yole ou hyène.

En tout 17 consonnes représentées par 18 lettres.

Le son s'écrivant ill en français, ll en espagnol, gl en italien, lh chez les provençaux, s'écrira plus logiquement ly (l+y') dans notre écriture phonétique et l'habituel gn français (dans campagne) n avec tilde en espagnol, s'écrira de façon plus phonétique par ny (n+y'), gn se prononcerait alors avec g,n dont on perçoit les sons successifs.

Par l'emploi du y, ly et ny ne sont pas des sons consonnes particuliers, bien que se prononçant comme ill et gn en français, mais des consonnes doubles (mouillées).

Pour faciliter la lecture à ceux qui sont familiarisés avec l'orthographe française, on peut admettre que l'écriture phonétique ne le sera pas intégralement quant à la valeur des lettres (pour certaines c, g) mais relativement à leur position comme dans la langue nationale.

On appliquera ainsi aux lettres c et g les règles habituelles du français: c se prononcera s devant e et i et g se prononcera j devant e et i. Q sera aussi suivi du u (qu) comme en français.

Dans le dialecte dauphinois le son r est habituellement zézayé (r blésé) entre deux voyelles. Lorsqu'il ne le sera pas on écrira rr pour donner notre son français. Ex: Terra, terre. Ainsi on n'emploiera pas de lettre spéciale pour le r blésé. La différence de ces deux r se trouve dans raeuro, rare, où seul le deuxième r est blésé. Le r n'est jamas blésé au début des mots.

En dialecte dauphinois, il y a de très nombreux sons voyelles, plus nombreux que dans les autres idiomes. Ce sont d'abord les sons voyelles se prononçant comme en français:

a, é, è, u, ou, eu, au, an, in, on, et (ce dernier à la fin des mots) et que l'on écrira de même, car il n'est pas nécessaire, pour observer le principe d'une écriture phonétique d'employer des lettres particulières pour ou, eu, an, in on, et, et il faut maintenir autant que possible nos formes habituelles pour la représentation des sons.

Il existe aussi dans le dialecte le e appelé muet, la plupart du temps léger, dans d'autres cas appuyé, l'accent tonique étant sur la dernière syllabe; on l'écrira alors ee. Ainsi boche, bouche; de mele, des mules; de milee, des mulets, donnent la différence entre les deux cas.

Lorsque le a et le o final posséderont l'accent tonique, on les écrira at, ot. Ex.: chevat, cheval.

Le i et le e ont presque toujours des sons gutturaux, aspirés. Notre o dauphinois n'a pas la tonalité du o français.

On voit quelquefois des sons i français, rarement des sons o. On les écrira alors ï et ö.

D'autre part le son o ouvert s'écrira ô. Il n'est pas employé à Montrigaut, sauf pour les mots français incorporés tels quels.

Les autres sons voyelles particuliers sont encore:

ei en un son unique, comme dans sei, soif (é lié avec i)
aü en un son unique, comme dans saü, sou (a lié avec ü)
aeu en un son unique, comme dans saeu, sel (a lié avec eu)

Ce dernier son a la même phonalité que eu en français dans deuil, que nous écririons alors daeuly. (Remarquez la différence de ce eu avec celui de peu.)

Le son in a parfois dans le dialecte dauphinois, principalement dans la partie nord du plateau de Chambaran, une consonnance spéciale. Mais dans la partie drômoise du plateau de Chambaran (Montrigaud, Saint-Bonnet-de-Valclérieux, Miribel, Saint-Christophe-et-le-Laris et dans les quatre cantons nord de l'arrondissement de Valence (sauf le Grand-Serre) le son in se prononce toujours comme en français.

Il faut ainsi 23 lettres pour écrire couramment le dialecte dauphinois (et même tousles autres dialectes); 18 pour les consonnes (y compris y') et 5 pour le voyelles.

L'alphabet phonétiquede l'abbé Rousselot présente un intérêt pour les philologues, mais avec ses lettres spéciales il ne peut pas être appliqué dans une oeuvre littéraire.

Je dirai encore que les K, x, w, ne sont utilisés dans mon écriture phonétique que pour les mots se prononçant ansolument comme en français (voir plus loin, règle 1).

On peut encore signaler, parmi les sons voyelles particuliers au parler de la contrée les voyelles roulées:

ir dans mir, miel
or dans bord, bord (qui se prononce différemment qu'en français: o roulé plusieurs fois dans le gosier, phonalité gutturale) on prononce de même:

ar dans mar, mardi;
er dans mer, mer.

Règles modifiant parfois le caractère phonétique de l'othographe.

On appliquera les règles suivantes:

REGLE 1 - Tous les mots se prononçant comme en français ou à peu près, le radical étant le même, s'écriront de même ou en conserveront la même forme (contraire du provencal), sauf pour ill,gn, qui s'écriront toujours ly, ny et ph qui s'écrira toujours f.

REGLE 2 - Dans les verbes, la terminaison s indiquera la première personne du pluriel; la terminaison t, la troisième personne du pluriel pour les terminaisons en on. Hors le cas où il est employé pour désigner l'accent tonique (après a et o) le t final après i indiquera la troisième personne du singulier.

REGLE 3 - Les noms finissant en tion, ment (adverbes, noms) s'écriront ainsi selon l'usage habituel du français (même lorsque ent deviendra int).

REGLE 4 - (Son z). Il s'écrira toujours avec un z, jamais avec un s (sauf application Règle 1 pour les seuls mots se prononçant comme en français).

REGLE 5 - (Son s entre deux voyelles). Il s'écrira toujours ss (même exception que Règle 4).

REGLE 6 - Le son j devant a et o, se rendra toujours par j, non par ge (même exception que Règle 4).

REGLE 7 -Le son c s'écrira qu devant e et i. Le k n'est pas employé.

REGLE 8 - Aucun mot ne prendra la marque du pluriel si elle ne se prononce pas (Principe du provençal).

REGLE 9 - La consonne finale muette pourra rester dans les mots se rapprochant beaucoup du français (Voir Règle 1 Ex. cop. coup).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kaha
Arpitaniste forcené
Arpitaniste forcené


Masculin Nombre de messages : 1517
Age : 28
Vellâjo/Lieu : Liyon
Lengoua : Arpitan, Francés, Esperanto, Alamand, Anglés, Yidich, Russo
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)   Jeu 20 Sep 2007 - 0:04

intéressant, ça...

je vais aller me coucher et relire tout ça demain quand j'aurais la tête fraiche! :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpitania.free.fr/dico
kaha
Arpitaniste forcené
Arpitaniste forcené


Masculin Nombre de messages : 1517
Age : 28
Vellâjo/Lieu : Liyon
Lengoua : Arpitan, Francés, Esperanto, Alamand, Anglés, Yidich, Russo
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)   Dim 15 Fév 2009 - 1:14

après relecture de cette proposition, y'a beaucoup de choses à garder.

Voici ce qu'il est bien de reprendre:
Citation :
Le son s'écrivant ill en français, ll en espagnol, gl en italien, lh chez les provençaux, s'écrira plus logiquement ly (l+y') dans notre écriture phonétique et l'habituel gn français (dans campagne) n avec tilde en espagnol, s'écrira de façon plus phonétique par ny (n+y'), gn se prononcerait alors avec g,n dont on perçoit les sons successifs.
l'ORB (et les arpitans en général) ont déjà bien adopté le , mais le n'est pas bien passé en ORB alors qu'il est souvent utilisé. et vont de paire pour moi. Et puis le Y qu'on trouve dans tant de toponymes est un peu la marque de signature de l'arpitan, comme le <ñ> est celle de l'espagnol et le <ß> de l'allemand...

Citation :
Dans le dialecte dauphinois le son r est habituellement zézayé (r blésé) entre deux voyelles. Lorsqu'il ne le sera pas on écrira rr pour donner notre son français. Ex: Terra, terre. Ainsi on n'emploiera pas de lettre spéciale pour le r blésé. La différence de ces deux r se trouve dans raeuro, rare, où seul le deuxième r est blésé. Le r n'est jamas blésé au début des mots.
c'est déjà le cas en arpitan, et aussi en ORB (même si c'est peu expliqué) et c'est selon moi la meilleure des graphies pour ce son.

Je ne suis d'accord qu'avec la fin de la Règle 1:
Citation :
ill,gn, qui s'écriront toujours ly, ny et ph qui s'écrira toujours f.
même si un mot ressemble à un mot en français, il ne faut pas essayer absolument de le faire ressembler à celui ci, surtout s'il n'est pas du tout prononcé pareil...

Citation :
Il s'écrira toujours avec un z, jamais avec un s
je ne suis pas d'accord. Il faut faire correspondre le parallèle avec le R fort et le R faible. (exemple en lyonnais)
R fort: -rr-: terra [tera]
R faible: -r-: miron [mizho~]
S fort -ss-: passa [pasa]
S faible -s-: meson [mezo~]


Je pensais à un usage spécial pour le Z, typiquement adapté à l'Arpitan:
On voit souvent dans les grammaires que la terminaison palatale (comme dans filyi) se trouve entre autres derrière certains s, ce qui paraît une règle assez bancale, n'est-ce pas?

Et bien on pourrait justement ne mettre le Z que lorsque cette terminaison est palatale. Voici quelques exemple:
non-palatale: busa, prisa, tesa
palatale: frazi, blozi (mauvaise fille)

ainsi, ça serait plus logique, on dirait qu'il y a une terminaison palatale derrière tous les ...

Je sais pas si je suis clair sur ce point. C'est peut être juste une formalité, mais ça simplifie les explications...


Citation :
Le son j devant a et o, se rendra toujours par j, non par ge
ça aussi c'est important. Et il faudrait généraliser cet usage à toutes les voyelles...
Par extension, est-ce que le pourrait être utilisé, comme en catalan, en occitan et en basque, en remplacement du ... mais faut voir...


Citation :
Aucun mot ne prendra la marque du pluriel si elle ne se prononce pas
Selon moi, il faut marquer le pluriel, c'est important à la compréhension. De plus, certains dialectes le prononce et tous les dialectes connaissent un phénomène de liaisons qui fait apparaître ce .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpitania.free.fr/dico
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)   Aujourd'hui à 21:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Géorgique deufinoèze (Lu chant deu mourlyee)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau Grand Méchant Admin
» Votre méchant préféré dans les Walt Disney
» L’amore au chant d’honneur
» armées et divers trucs - MAJ méchant nain
» Toc toc toc(c'est le grand méchant loup)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Arpitans :: :: CAFÉ ARPITAN :: La lengoua arpitanna-
Sauter vers: