Le Forum des Arpitans

Espace d'échanges des régions de l'Arpitanie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Presse] Dauphiné Libéré 27 avril 2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanfouès
Savoyârd téta-de-lârd
avatar

Masculin Nombre de messages : 714
Age : 34
Vellâjo/Lieu : Chablais
Date d'inscription : 14/11/2004

MessageSujet: [Presse] Dauphiné Libéré 27 avril 2006   Jeu 11 Mai 2006 - 11:37

Publié sur http://clouef.canalblog.com/

Tintin en Bressan - article Dauphiné Libéré 27 avril 2006




Tintin en patois


RHÔNE-ALPES.

Un chercheur a traduit l'album de Tintin "Les bijoux de la Castafiore" avec l'aide de sa mère






L'album s'intitule "Lé pèguelyon" de la Castafiore et ce n'est pas une nouvelle aventure de Tintin. Seulement la transposition en patois franco-provençal des Bijoux de la Castafiore. L'idée a germé dans l'esprit d'un universitaire du département de l'Ain, Manuel Meune, qui a traduit l'album avec sa mère, Josine Meune. L'éditeur, Casterman, ne s'est pas opposé à une publication si elle se faisait sous l'égide d'une structure culturelle. C'est ainsi que l'union départementale " Patrimoine des Pays de l'Ain " s'est lancée dans le projet.

Pourquoi avoir choisi précisément Les bijoux de la Castafiore ?








"Parce que c'est mon préféré, mais aussi parce que l'histoire se déroule à la campagne, près du château de Moulinsart. Dans le cas d'un lieu empreint de ruralité comme la Bresse, il était plus facile d'adapter cette aventure. Je précise qu'une équipe suisse va publier, à l'automne, la traduction d'un autre Tintin en francoprovençal (qu'ils appellent " arpitan " ) : L'affaire Tournesol ".

Mais qui est capable aujourd'hui de lire Tintin en patois ?











"Tout dépend de ce qu'on entend par «lire». Bien sûr, cette traduction est plus accessible pour les Bressans qui connaissent cette écriture phonétique, par différents livres d'histoires en patois. Mais grâce au glossaire, elle concerne tous ceux qui connaissent d'autres variantes du francoprovençal, ou qui, tout simplement, s'intéressent au français régional. Beaucoup ne liront pas l'album de A à Z, mais ils s'amuseront à y retrouver des expressions de leur langue parlée. Car le francoprovençal, c'est-à-dire le latin tel qu'il a évolué à partir de Lyon, est une langue régionale bien particulière, différente des parlers de langue d'oc, au sud, et de ceux de langue d'oïl, au nord. Pendant des siècles, il a été la langue commune dans une zone qui englobe le nord de la région Rhône-Alpes (Isère comprise), l'est de la Saône-et-Loire, le sud de la Franche-Comté, mais aussi la Suisse romande et le Val d'Aoste. Ma mère et moi sommes restés fidèles au patois que nous connaissions, puisque, sans langue unifiée, on ne peut «mettre tout le monde d'accord» , mais le patrimoine linguistique dont il est question dépasse le phénomène local."

Vous êtes professeur d'allemand, les langues c'est une passion chez vous ?











"Oui, j'ai toujours voulu faire de l'allemand et en tant que chercheur, je me consacre aux questions linguistiques en Suisse. Si le Québec m'a très tôt captivé et que je suis professeur à l'Université de Montréal, c'est aussi que je m'intéressais aux variétés du français, un peu comme ma mère. Institutrice à la retraite, elle s'est toujours passionnée pour la richesse du français et du patois, dans lequel elle a baigné toute son enfance.

Propos recueillis par Michel BELLATON



J'ai été initié à cette langue mystérieuse en apprenant des chansons bressanes, mais surtout en écoutant mes grands-parents, que j'interviewais parfois en les enregistrant. Et comme je collectionnais des Tintin dans différentes langues, un jour j'ai demandé à ma mère de m'en traduire un en patois, puis nous avons sans cesse amélioré la traduction. Je lui posais d'innombrables questions pour comprendre le fonctionnement de cette langue que j'ai fini par apprivoiser, même si je ne la parlerai jamais comme un «vrai patoisant», faute de pratique."








PRATIQUE


L'ouvrage comprend, comme pour l'édition originale, 62 pages de bandes dessinées. À cela, il faut ajouter 7 pages de glossaire destinées à traduire les mots, expliquer la conjugaison et les subtilités de langage utilisées pour raccrocher le texte au contexte bressan. Sortie le 21 avril, l'ouvrage est vendu


11,50 € prix public.


CONTACT


Patrimoine des Pays de l'Ain, 34, rue Général-Delestraint, 01000 Bourg-en-Bresse. Tél. 04 74 32 07 31.







Posté par Bressano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Presse] Dauphiné Libéré 27 avril 2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salon Paris Manga Convention 2006 - 02 Avril 2006
» Dahu festival - 21 et 22 Avril 2006
» Karine Ferri - Vendredi 28 Avril 2006
» Mélissa Theuriau - 13 et 14 Avril 2006
» Audrey Pulvar - du 03 au 06 Avril 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Arpitans :: :: CAFÉ CULTUREL :: Tintin au Pays des Arpitans-
Sauter vers: