Le Forum des Arpitans

Espace d'échanges des régions de l'Arpitanie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Patois francisé du Genevois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rmyi
Monchu


Nombre de messages : 839
Date d'inscription : 07/10/2005

MessageSujet: Patois francisé du Genevois   Mar 11 Oct 2005 - 9:58

Chers amis,

Les aventures de Tintin en patois n’étant pas encore sorties, que dites-vous d’un poème composé par Rémi Mogenet en français patoisé du Genevois campagnard actuel ? Car vous savez que même à la campagne, le patois se fait rare, mais qu’il continue à truffer le français parlé.

Amitiés,
Rmyi.


Le Nant de Jouvence
(dans la langue commune des Savoyards d’aujourd’hui)

Le nant* là-bas derrière, à l’endroit où c’ que* l’ chêne
I’ s’ dresse et que l’ fayard* (comme par chez nous on l’ nomme)
Il a l’ feuillage tout jaune au plus vert de la plaine,
On peut y parvenir et r’dev’nir un jeune homme.

Car il a l’eau bien saine: ceux qu’ont pris du mauvais*,
I’ peut tout y* guérir de leurs sales maladies;
I’ peut mé* rallumer des vieillards les quinquets*,
Quand l’envie ou l’ chagrin i’ prend leur foie aigri.

Celui dont l’âme cupèce*, i’ peut y* rétablir;
L’ pauvre cœur que l’ pacot* il a tout fait noircir,
Par un barrot* doré il y* emmène dans l’ ciel.

C’est qu’à c’ qu’on dit par là, l’ sang d’un roi des sarvants*,
Il a quand i’ fut mort fait un long ruisseau d’ miel,
Et i’ coule juste là où c’ que* pleurent ses enfants.

*Glossaire. Nant: rivière. Où c’ que: certains l’ont noté ousque (voyez Töpffer, Voyages en zig-zag): c’est où ce que (à cet endroit où), ce y ayant un sens fort, comme au Moyen Age et dans ce faisant. Fayard: hêtre. Mauvais: le diable, et les maladies, qu’il donne. Y: le, la, les. Mé: mais, au sens médiéval et latin (magis) de encore, plus, une fois de plus, resté dans: Je n’en peux mais. Quinquets: appelés aussi lampes d’Argant, du Genevois qui les a inventées: on désigne ainsi les yeux, brillants de jeunesse ou de feu, ou éteints, selon les cas. Cupécer: perdre l’équilibre. Pacot: boue, gadoue, ou pire. Barrot: charrette à mains et à deux roues. (Pour ces deux derniers mots, prononcer généralement pacâ, barâ, où â est entre a et o.) Sarvants: lutins: du latin Silventes, esprits de la forêt, Sylphes; on les confond parfois avec les fantômes. Remarque générale: on ne prononcera aucun e muet non précédé de plusieurs consonnes, comme dans pauvre et juste (voir: com(me), feuillag(e), jaun(e), sain(e), sal(es), âm(e), emmèn(e), pèr(e), coul(e), pleur(ent)).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Patois francisé du Genevois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15-01-07, Le pérégrin genevois, récit de voyage
» les patois de nos régions.
» Journée Electrique -St-Julien en Genevois
» Lo patois dauphinois
» Patois vosgien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Arpitans :: :: CAFÉ ARPITAN :: La lengoua arpitanna-
Sauter vers: