Le Forum des Arpitans

Espace d'échanges des régions de l'Arpitanie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La grafia supradialectala ORB por lo francoprovençal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin/
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 114
Vellâjo/Lieu : Baragne mondiâla
Date d'inscription : 16/12/2004

MessageSujet: La grafia supradialectala ORB por lo francoprovençal   Lun 6 Juin 2005 - 21:48

L'Echo de Savoie n°66 (septembre 2003)

Intervention d'Alen Favro lors du colloque de Carema (Piémont) le 1er mars 2003. La grafia supradialectala ORB por lo francoprovençal.

1/ Qu’est na grafia supradialèctâla?
Dens lo mondo il y at cinq ou six mile lengoues difèrentes, mas il y en at solament quârques centênes que sant ècrites. En Eropa on at en grôs na centêna de lengoues, sen comptar celes du Côcaso, et els sant quâsiment totes ècrites. Sovent il y at avu un procèssus de normalisacion u travèrs des sièclos, coment por lo francês, l’anglês, l’italien*… Des côps il est difèrent, il est na grafia supradialèctâla qu’est construita por permètre a tôs celor que prèjont des dialèctos d’una méma lengoua de se comprendre per ècrit, mémo quand il est prod dificilo de se comprendre oralament. Coment èsemplo on pôt prendre l’holandês, avouéc sos dialèctos "néerlandês" (du nord) et flamands, que sant ben difèrents; portant la lengoua holandêsa s’ècrit —quâsiment— pertot de la méma façon. Des vês il y a pas étâ possiblo de se betar d'acôrd, coment en Norvège, onte il y a doves lengoues ècrites oficialisâyes. On at crèâ des grafies supradialèctales asse-ben por des lengoues minoritères (pas oficiales) coment lo breton et l’occitan; ben sûr il y at tojorn des gens que seront jamés d’acôrd, que volont provocar des crises et fâre des scandalos, mas a châ pou la grafia supradialèctâla se fât accèptar, d’atant ples qu’il est sovent na quèstion de survia por la lengoua.
*On porrêt dire que cetes lengoues ont lor asse-ben na grafia supradialèctâla, perce qu’on prononce pas de la méma façon dans les difèrents payis ou règions yô cetes lengoues sant prègiês, et on at pas tojorn les mémos mots, les mémes èxpressions. 2/ Porquè na grafia supradialèctâla por lo francoprovençâl?
Lo francoprovençâl est pas recognu coment lengoua dès grant temps. On pôt mémo pensar qu’il y a pas d’identitât comena: on est savoyârd, vâldoten, vôdouès..., il est pas possiblo d’étre francoprovençal. Portant dès la crèacion des fétes du patouès, u comencement des anâyes huétanta, on at tot-pariér l’empression de fâre partia du mémo mondo. Il vint pôt-être asse-ben de la rèsta de l’èsprit révolucionèro des anâyes sèptanta et de la concèpcion de l’Harpytania. Mas les fétes du patouès sant pas du tipo revendicatif, on vint surtot por s’amusar, ora il est mémo na sôrta d’èvènement comèrcial por los organisators. Et pendent cél temps la lengoua continue de morir. Il fôt savêr qu’en France (et il est sûrament la méma chousa en Suisse) la transmission de la lengoua se fât solament a 10%. Il vôt dére que quand dans la gènèracion des grants-parents il y at 100 pèrsones que prègévont patouès, il en reste solament diéx chiéz los enfants, et un chiéz los petits-enfants. Il est un verét dèsâstro.
Mas il fôt comprendre que lo patouès est na lengoua de velâjo, et houé l’èconomia, la façon de vivre fât qu’il y at pas més de place por les lengoues de velâjo. Houé on vit dens des bassins de travâly, sovent dans des veles, et la lengoua at pas siuvu cet'èvolucion. Lo patouès est devegnu na simpla lengoua de la famelye, qu’il serêt na vèrgogna de prègiér u defôr. Mas ben ples sovent al at disparu, al at mémo pas lèssiê de sovegnir, ou ben al fât pensar u temps onte on étêt dèrriér lo cul des vaches. Adonc orendrêt on prège français ou ben italien, et bentout on prègerat amériquen, il est ja sovent d’ense à Genéva, yô l’himno nacional est portant oncor en savoyârd.
M’est avis qu’il est pas possiblo d’alar contra cet'èvolucion, on pôt pas més fâre rebiolar un patouès dens châque velâjo ou châque petita vela. Se nos pensens que noutra lengoua at na veréta valor, qu’el at un patrimouèno, qu’el pôt oncor étre utilisâye, s’entend qu’el pôt être prègiê et ècrita, liésua et acutâye, nos devens trovar un'ôtra stratègia. Il fôt d’abord siuvre l'évolucion du mondo, construire des fôrmes de lengoua modernes, adoptar des néologismos que seront possiblament pouésiês dens lo lèxico de la lengoua, et surtot accèptar d'utilisar na méma variétât de lengoua sur un ples grant tèrritouèro. Il est d'ense ou ben il serat la disparicion de noutra lengoua.
Et pués nos ens fôta d’un cuvèrt, d’un têt comon por tôs celors que prèjont la lengoua, il est la grafia supradialèctâla, avouéc laquinta nos porrens:
— difusar des enformacions, des jornals, des lévros, comunicar per ècrit en gènèral, et per èsemplo fâre na fôlye d’enscripcion ux fétes du patouès en francoprovençâl, et pas més en francês;
— transcrire des tèxtos por que tôs los liésors pouessont comprendre les grafies difèrentes et los ôtros dialectos de la méma lengoua, sen devêr utilisar des traduccions en francês ou en italien;
— publeyér des lévros d’ècoula por tôs los enfants du sèctor francoprovençâl; on comprend qu’il est pas possiblo d’èditar des lévros solament por un velâjo ou na valâye;
— fâre recognetre la lengoua per les enstances politiques règionales, nacionales, eropèennes; crèyo pas qu’els vodront accèptar totes les variantes, il est matèrialament empossiblo: il est la rêson de la crèacion du romanche grison por devegnir la quatriéma lengoua oficièla de la Suisse, por l'administracion, la justice, etc.; il est pas contra los patouès, mas contra lo verét "ènemi": l'alemand. Lo francoprovençâl dêt étre identifiâ asse facilament coment totes les ôtres lengoues, il dêt lui asse-ben avêr un’ émage grafica, dens laquinta nos nos retroverens asse-ben. 3/ Quârques aspècts de la grafia supradialèctâla ORB.
En 1998 Dominique Stich at publeyê dens son lévro "Parlons francoprovençal" la premiére grafia supradialèctâla por lo francoprovençâl, l’ORA (Orthographe de Référence A). Pués dens sa tése, en 2001, al l’at modifiâ por fâre l’ORB. Je vé pas prèsentar l’ensemblo de ceta grafia – mas je l’é prêsa avouéc mè se vos voléd me pôsar des quèstions.
Vê-quê los principos de base:
L’ORB est ètimologica, coment quâsiment totes les grafies de lengoues néolatines. Per èsemplo on ècrit temps, cièl, champ... Cet’ aspèct ètimologico pèrmèt de gouardar des lètres muètes, que povont édiér la recognessence des mots. Na grafia fonética, avouéc tin, syè, shan per èsemplo, se liét dificilament, surtot por celor que prononçont pas de la méma façon, et ben sovent on at des problèmos d’omonimia (sin: cent, cinq, sens, sent, cen...).
L’ORB gouarde la s du plurièl, qu’on prononce dens quârques dialèctos et qu’on retrove sovent dens des "lièsons" (des âbros, los amis). Ceta èsiste en francês, occitan, catalan, èspagnol, português, anglês, qu’el sèye tojorn prononciê ou pas. De la méma façon on trove des dèsinences verbales muètes.
Por na voyèla simpla on utilise na solèta lètra, hormis ou; d’ense on troverat pas *ai, *au, *eu.
On retint quatro voyèles nasales : an, en, in, on.
Les consones finales se prononçont pas (hormis des côps l et r, et pués ben sûr dens les lièsons).
L’ORB ressemble ux grafies patouèses dens quârques aspects: normalament on doble pas les consones (hormis s et r dens des câs prècis), et per èsemplo on utilise des fôrmes grafiques coment ly por [?], que devint [y] dens des dialectos.
Espèro que vos éd comprês la filosofia de ceta grafia: pèrmetre na recognessence rapida des mots, èvitar les confusions et rèstar dens lo cèrcllo des lengoues galo-romanes, por pas isolar lo francoprovençâl, tot en lui balyent na fisionomia ben spèciala.
Il est èvident que la grafia pèrmèt des prononciacions difèrentes: per èsemplo ch se prononce [?], [t?], [ts], [st], [?] d’aprés los dialèctos. Mémament por solucion on pôt dére solussyon ou ben soluchon.
On pôt remarcar que l’ORB est pas na grafia "fonètica": il est tot simplament pas possiblo por na lengoua que change fonèticament d’un patouès a l’ôtro (et asse-ben dens lo temps, coment dens la Môrièna u XXo sièclo). Per èsemplo on pôt pas imaginar la grafia de Conflans, qu’est fêta por ècrire los difèrents dialèctos, coment grafia supradialèctâla. Ou ben fôdrêt emposar un patouès prècis a tot lo sèctor francoprovençâl, mas m’est avis qu’il est pas possiblo, d’atant ples qu’il y a pas per lo moment un patouès ples fort que los ôtros. 4/ Grafia large, grafia sarrâye.
L’ORB pôt étre amènagiê por transcrire quârques particularitâts des dialèctos.
Per èsemplo, por féta on pôt ècrire fétha a Fribôrg (il se prononce [‘fe?a]), por lana on pôt ècrire lanna en Savouè (il s’ècrét lan-na en Conflans); on pôt endicar des dènasalisacions avouéc un accent grafico: vènt, nàn… D’ense châque ôtor at des latitudes por utilisar la lengoua, il pôt mencionar cetos particularismos u comencement ou ben a la fin de son lévro ou de son articllo. Mas sovent il y a mémo pas fôta de mencionar los difèrences. Dens ceti tèxto j'utiliso quârques particularismos et ils se vêyont quâsiment pas.
5/ Remarques et conclusion.
L’ORA avêt scandalisâ ben des patouèsants, qu’étant habituâs ux grafies localisantes. Ils pensâvont qu’el ressemblâve trop u francês, mas fôt dére que les grafies patouèses sant basâyes sur la fonètica du francês –ou ben de l’italien– et il est oncor pire. L’ORB est na grafia indépendenta, pas basâye sur lo francês, mas sur l’ètimologia des lengoues galo-romanes. En veretât el ressemble més a la grafia IEO (Institut d’Etudes Occitanes) por l’occitan, ora franc rèpandua et ensègnê sen grants problémos dens des mouéls d’écoules en Occitanie (los règents ont tôs étâ formâs avouéc ceta grafia).
Il est verét que les grafies fonétiques ont étâ enventâyes por los vielys patouèsants que savant ècrire solament lo francês ou ben l’italien. Ora los jouenos aprègnont ben d’ôtras lengoues et il est pas honéto de dére per èsemplo que quand on vêt ch on y prononce ôtomaticament coment en francês ou ben coment en italien.
Pendent grant temps los patouèsants ont pensâ que lor lengoua étêt u fond ren que na varianta de francês et, u Piémont, d’italien, tot simplament perce qu’el est na lengoua néolatina et qu’ils en cognessévont pas d’ôtres. Fôt sôrtir de ceta logica absurda et regardar lo francoprovençâl coment na veréta lengoua, avouéc na veréta litératura, et qu’at lo drêt de vivre sa via coment le drêt de vivre sa via coment loas ôtres lengoues. Adonc il fôt sôrtir de ceta logica de patouès por entrar dens na veréta logica de lengoua. Pendent cetos dèrriérs jorns j’é liésu Just Songeon, un ôtor savoyârd du comencement du XXo sièclo, et je me su rendu comptio qu’al avêt comprês ceta logica, al at volu ècrire dens na grafia que fât pensar a l’ORB, avouéc des plurièls en s et des dèsinences verbales de mémo tipo. Et on porrêt trovar d’ôtros èsemplos d’ôtors ben enspirâs.
J’èspéro bentout publeyér un diccionèro bilengoue francoprovençâl-francês et francês-francoprovençâl, avouéc des néologismos, des toponimos, na petita gramèra et un'antologia. Dominique Stich serat l’ôtor principal. Lo francoprovençâl serat ècrit en ORB, mas dens l’antologia il y arat asse-ben la grafia d’origina de châque tèxto. D’ense je vodrê contribuar a na ples granta conscience de la lengoua et avouéc cen a la difusion d’una grafia supradialèctâla. Je sâ ben que cen vat pas plére a tôs, que los "localistos" et los "jacobins" —sovent los mémos— vodront criticar cél lévro, avouéc sûrament l’éde de quârques grants "féodâls", homos et enstitucions, qu’aront pouere de pèrdre lo monopolo sur lor petita règion ou lor petit sèctor d’activitât. Il serat dificilo, mas m’est avis qu’il fôt fâre quârque-ren ora se nos volens pas pèrdre noutra lengoua ben malâda, que se trove en veretât sur lo revond de la disparicion. Et pués por los ôtors, por los ècrivens, penso que serat prod amusent d’utilisar asse-ben na novèla grafia, més uvèrta sur l’ensemblo du mondo francoprovençâl. Il y a ren que per la pratica que nos porrens vêr los problèmos et les dificultâts que rèstont a surpassar.

A.F.

_________________
www.arpitania.eu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La grafia supradialectala ORB por lo francoprovençal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Arpitans :: :: CAFÉ CULTUREL :: La revue de presse arpitane-
Sauter vers: